Sérange Mebina
Sérange Mebina

    Une femme de scène passionnée de son métier
    Elle incarnait le rôle de l’épouse du comédien Jean Michel Kankan, un homme de scène connu pour la satire de la société camerounaise à travers des histoires insolites. "Mama Hélène" de son vrai nom Solange Mebina est décédée le weekend dernier à Yaoundé, selon sa famille, des suites d’une longue maladie. On connait finalement peu de chose sur cette femme. Sa biographie est pourtant riche de nombreuses réalisations. Elle rencontre Kankan alors qu’elle fait le théâtre classique. Je donnais une représentation de ma pièce, “Les rigueurs du destin”, en fin 1983, dans une salle de cinéma de Yaoundé. C’est à cette occasion qu’il me découvre. Il m’a tout de suite proposé un rôle dans l’une de ses créations humoristiques; le rôle de Mamy Fish, où je vendais du poisson à Kankan accompagné d’une fille de joie a-t-elle une fois révélé dans une interview accordée au quotidien le Messager. Après ce rôle, jean Michel Kankan aurait décidé de lui faire jouer le rôle de la mère d’un de ses enfants et ainsi est né la Mama Hélène qui a amusé autant qu’elle a donné de l’espoir aux nombreuses femmes camerounaise, dont elle incarnait la force et le dynamisme dans le ménage. Il trouvait que je jouais mieux, et j’avais le gabarit des femmes de l’Ouest, un atout, puisque le personnage est une femme bamiléké, affirmera-t-elle dans l'interview.

    Elle avait une vision idéale de la comédie
    Ses dernières années de vies, elle les avait mises au service de la religion, en remerciement pour un cancer vaincu, a fait savoir un membre de la famille réunie pour la circonstance au quartier Etoa Meki à Yaoundé. Après la mort de Kankan, Serange Mebina avait essayé de poursuivre l’œuvre de son ancien mentor. Elle a essayé l’humour, mais cela n’a pas marché. Elle a travaillé avec des artistes comme Casserole et Massa Yo, sans grand succès. L’artiste affirmait souvent que beaucoup de ceux qui la sollicitaient ne la payaient pas comme son ancien patron. Serange Mebina jouera par la suite dans beaucoup de films camerounais. Elle a eu une apparition dans le feuilleton « Le revenant », mais sans être vraiment remarquée. L’humour pour elle devait au-delà d’une opportunité, être une façon de critiquer la société en riant et surtout une façon d’éduquer la population. Elle a été à l’initiative de la pièce « L’héritage de Jean-Michel Kankan », une production dans laquelle elle attire l’attention des gens sur la gestion des patrimoines des personnes décédées. Dans le même élan elle a aussi réalisé deux production: « 6 prétendants, une veuve », l’histoire de la veuve de Kankan qui est courtisée par ses amis et ses parents; « Le meilleur petit », où elle demande aux jeunes garçons de rester à leur place et d’arrêter de courir, par vice, derrière des femmes qui ont l’âge de leurs mères. Sur sa relation avec Kankan, elle a toujours dit qu’il était proche sur scène, mais en privé, chacun s’occupait de ses affaires. A 58 ans seulement Mama Hélène l’icone d’une génération de femmes s’en va dans l’anonymat laissant une famille d’artistes profondément attristée.

    Veuillez activer JavaScript! / Por favor activa el Javascript!
    Please enable / Bitte aktiviere JavaScript!